Les origines des premières embarcations au Dragon Boat moderne.


pirogue de Pesse

La pirogue de Pesse est considérée comme étant le plus ancien bateau connu au monde. La datation au carbone indique que le bateau a été construit au cours du début de la période mésolithique, entre 8040 av. J.-C. et 7510 av. J.-C

Étymologiquement, le mot « pirogue » est sans doute à rapprocher du mot maya « piragua » désignant un petit canot.

Le bateau est une pirogue monoxyle mesurant 298 cm de long et 44 cm de large. Il est constitué par un seul tronc de pin sylvestre. Au contraire, les embarcations qualifiées de polyxyles sont constituées de plusieurs troncs. Des marques sont présentes dans la cavité, probablement formées par les outils en silex ou en corne.

Techniques de construction

pirogue monoxyle

La pirogue traditionnelle est monoxyle (sculptée dans un unique morceau de bois), et on lui ajoute des bancs, des étais, un balancier, voire des éléments de plancher, ainsi parfois qu’une décoration, qui pouvait et peut encore comprendre des éléments symboliques et protecteurs contre les mauvais esprits et le danger en mer ou sur l’eau. Elle est construite dans le tronc d’un bois peu putrescible, généralement à l’aide de feu, ce qui facilite le travail du bois, mais aussi le prémunit des attaques d’insectes et de champignons.

Chalain en 1904 (âge du bronze final, 1000 av.J.-C.).

L’invention de la pirogue est très ancienne comme en témoignent les embarcations du Néolithique mises à jour par les archéologues lors des fouilles et de l’étude des cités lacustres : la pirogue du lac de Chalain dans le Jura, parfaitement conservée dans les marnes du bord du lac. Des embarcations de ce type ont été utilisées jusqu’au Moyen Âges en Europe.

En Asie

Les origines du « long zhou » Dragon boat remontent à l’époque que la Grèce antique (L’expression « Grèce antique » renvoie à la civilisation des peuples de langue et de culture grecques durant l’antiquité. On entend parfois plus précisément par Grèce antique la Grèce classique, en particulier l’Athènes du Ve siècle av. J.-C., celle de Périclès, de Platon et d’Aristote.) et les tout premiers jeux olympiques antiques (De nombreuses légendes entourent l’origine des Jeux olympiques antiques. L’une dit qu’Héraclès construisit le stade olympique ainsi que les bâtiments alentour en l’honneur de son père Zeus, après avoir accompli ses douze travaux. Il aurait également défini la longueur du stade olympique en l’arpentant avec la longueur de son pied en avançant de 600 pas.).

Yang-Tsé-Kiang

En Chine, sur les rives du Yangzi Jiang (le plus long fleuve d’Asie (6 300 km). En France, il est appelé fleuve Bleu, Yang-Tsé-Kiang). Vers le début de la saison des grandes chaleurs et des épidémies, on célébrait par un rite, le réveil du très vénéré dieu dragon en hibernation, maître des rivières et des mers, faiseur de nuages et de pluie afin d’assurer des récoltes abondantes et de conjurer les maladies. Ce rite incluait des combats de bateaux où la noyade de certains participants était considérée comme un sacrifice.

Qu Yuan par Chen Hongshou (XVIIe siècle)

Une légende raconte que Qu Yuan (poète et ministre estimé né en 343 ou 340, mort entre 278 et 290 av. J.-C., est un poète chinois du royaume de Chu).

Il se suicida dans la rivière Miluo pour protester contre la corruption et après la défaite du royaume de Chu par les Qin de son époque. Après sa mort, les citoyens voulaient protéger son cadavre en jetant des Zongzis (un mets à base de riz gluant farci enveloppé dans une feuille de bambou), on ajoute également parfois à cette histoire des baozis (petits pains farcis et cuit à la vapeur) et des œufs de cane, pour nourrir les poissons et éviter ainsi qu’ils mangent son corps. Sa mort est commémorée lors de la fête des double cinq (le cinquième jour du cinquième mois, appelée généralement Duanwu Jie en chinois et Fête des Dragon boat en français).

Course de Dragon boat à Longjiang

Fête du double cinq ou fête des long zhou (Dragon boat), est une fête chinoise marquant l’entrée dans les chaleurs de l’été et la saison des épidémies. Elle a lieu le cinquième jour du cinquième mois lunaire. Soit fin Mai ou début Juin dans le calendrier grégorien.

« Le festival du Dragon Boat » a été inscrit en 2009 par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Courses de bateaux

Le Dragon boat est un sport nautique d’équipe qui utilise un type de pirogue. Les Dragon boats de classe internationale qui sont plus petits que les modèles traditionnels, embarquent 22 personnes dont 20 pagayeurs.

Description

Dragon Boat japonais (illustration du XIXe siècle)

Le Dragon boat, bien que différent, partage plusieurs similitudes avec le canoë et la pirogue : on pagaye (plutôt que ramer) et on fait face au mouvement. Il est plutôt à classer dans la catégorie des pirogues. D’ailleurs, la pratique du Dragon boat est souvent associée à ces sports très similaire en termes de technique et d’esprit.

Dimensions

C’est grâce à des moules faits à partir de bateaux en bois transportés de Hong Kong à Londres pour le festival chinois en 1980 que les spécifications des bateaux de classe internationale ont été établies. Ces spécifications visent à sauvegarder l’identité du « long zhou » et à limiter l’augmentation des coûts technologiques de ce sport. Elles comprennent notamment un modèle de forme définissant la forme standard pour un bateau de 20 personnes. Voici quelques données :

  • Longueur de la coque excluant la tête et la queue de dragon : 12.40 m (approx 41 ft).
  •   Largeur maximale : 1,146 m (approx 45 in).
  •   Espacement entre les rangées de sièges : 67.5 cm (approx 27 in).
  •   Poids minimal excluant la tête et la queue, le tambour, le siège du batteur et la barre : 250 kg (approx 551 lbs).

Pendant une course, c’est un bateau pesant autour de 2 000 kg que les pagayeurs doivent propulser !

Les spécifications imposent que le bateau ait une flottaison résiduelle : sans équipement, lorsqu’il est complètement rempli d’eau, sans être renversé, il doit supporter un poids de 75 kg.

Équipage

L’équipage comprend les 20 pagayeurs (paddlers), le batteur (drummer) et le barreur (steerer).

  • Les pagayeurs:
Source MTL BLOG

Ils sont assis deux par deux, côte à côte, sur chacune des 10 rangées de sièges, dans le sens du mouvement du bateau.

Les pagayeurs sont placés dans le bateau en tenant compte de plusieurs critères:

À l’avant du bateau, là où les places sont plutôt étroites, on place les petits et légers gabarits. Ceci permet du même coup, de garder la proue du bateau relevée et réduire la résistance. Ces pagayeurs doivent avoir une très bonne synchronisation car ce sont eux qui donnent le rythme à tout le reste du bateau. On les appelle les « pacers« . Une bonne technique et une bonne endurance sont aussi nécessaires.

Les places du milieu du bateau sont réservées aux plus puissants et plus forts pagayeurs. C’est là qu’ils seront le plus à leur aise. Cela permet aussi de garder le bateau équilibré. On les surnomme « engine room« .

Les places à l’arrière du bateau sont occupées par différents types de pagayeurs. Souvent, les moins bons pagayeurs sont aussi placés à l’arrière, mais du fait de la vitesse et de la turbulence de l’eau à l’arrière, leur contribution peut parfois être peu perceptible. Idéalement, de bons techniciens sachant garder le rythme en tout temps sont nécessaires à cet endroit.

Les pagayeurs capables de pagayer à droite et à gauche sont particulièrement appréciés car ils peuvent être placés plus librement ce qui facilite l’équilibrage du bateau.

  • Le batteur:
Les équipes participent au 14e Championnat du monde IDBF à Pattaya.

Placé à l’avant du bateau, il peut utiliser le tambour afin de battre la cadence. Lors des courses, habituellement les équipes n’utilisent pas le tambour et utilise plutôt leur voix afin d’éviter un mélange avec les autres équipes. Habituellement, le batteur va répéter les commandes du barreur afin de s’assurer que les pagayeurs à l’avant ont bien compris les commandes. Plus petit et léger est le batteur, moins de poids sera ajouté au bateau.

  • Le barreur:
Championnat de France 2015

Placé à l’arrière du bateau, il est responsable de garder la ligne de course. Lors des courses longues distances, il est même possible qu’il ait à faire un ou des virages (à tous les 500 ou 1 000 m dépendant de la longueur du bassin).

Équipement

L’équipement comprend une pagaie et une veste de flottaison (VFI). Certains accessoires comme une garniture de siège (Butt Pad) et un gant sont couramment utilisés même s’ils ne sont pas absolument nécessaires.

  • La pagaie :

Longueur (d’après les spécifications officielles): entre 1,05 m (41.34″) et 1,30 m (51,18″). Les tailles de pagaies sont indiquées en pouces et se déclinent donc de 41″ à 51″.

À noter, d’après les spécifications, la pagaie doit être conçue pour résister pendant au moins 3 ans d’utilisation intensive par un pagayeur .

Il n’y a aucune restriction concernant le matériau utilisé, donc aucun poids minimum. Les matériaux les plus employés sont le bois, la fibre de verre et la fibre de carbone ou une combinaison des trois. L’aluminium et le plastique peuvent aussi être employés pour le bas de gamme. Le bois, bien qu’esthétique, léger et rigide, est plus fragile que les autres, en bout de pale, notamment.

  • La veste de flottaison (VFI):

La veste de flottaison est un dispositif de flottaison conçu de manière à garder la tête d’un utilisateur conscient hors de l’eau dans des conditions calmes et à l’aider à sortir d’une eau agitée. Contrairement à un gilet de sauvetage (conçu pour permettre de retourner une personne inconsciente sur le dos pour garder sa tête hors de l’eau et proposé dans les couleurs rouge, orange ou jaune uniquement), la veste de flottaison allie confort, style et souplesse. Comme elle doit être portée en tout temps sur l’eau, un bon ajustement est donc nécessaire. Le choix d’une coupe non encombrante donnant une grande liberté de mouvement s’impose. Certaines vestes sont conçues spécialement pour les femmes.

  • La garniture de siège:

C’est un élément de confort. Il doit être de préférence imperméable et surtout bien fixé sur le banc pour éviter le glissement en avant.

  • Le gant:

Un seul gant suffit couvrant juste la paume de la main. Il permet d’assurer une prise ferme sur le manche de la pagaie.

Évolution du sport

Les matériaux de construction des bateaux étaient principalement en Teck (bois précieux et imputrescible) mais très lourd. L’arrivée de nouvelles technologies et notamment la résine et la fibre ont révolutionné leur fabrication.

En 1976 la première course de Dragon Boat vit officiellement le jour à Hong Kong.

Depuis le début des années 80, la course de Dragon boat a reçu un écho très favorable partout à travers le monde et s’est développée comme un sport international moderne. C’est un sport qui connaît une des plus fortes croissances au monde. La Fédération internationale de bateau-dragon (IDBF) regroupe en 2019 plus de 70 fédérations nationales. C’est un des sports d’équipe le plus pratiqué au monde avec plus de 60 millions d’adeptes.

Ce sport est reconnu pour l’esprit de camaraderie qu’il procure ce qui le rend très populaire auprès des clubs et autres rassemblements.

Les premières régates en France eurent lieu en région parisienne à Enghien-les-Bains en 1996 et 1997 avec les premiers challenges Universités/Entreprises de la discipline et près de 30 équipages engagés venus de différentes régions de France.

En 2000 ce sont les jeux mondiaux des sapeurs pompiers (5000 participants venus de 43 pays) qui se déroulent à Mantes-la-jolie avec une épreuve de Dragon boat.

En 2002 et 2003 de nouvelles régates universitaires avec la Dragon Cup se déroulent au château de Sceaux puis le premier Festival International de Dragon boat à Paris en 2003 est organisé sur le bassin de la Villette.

En 2007, les Championnats du monde des clubs ICF (International Canoe Federation) se sont déroulé en France à Gérardmer (88) avec la coopération de la Fédération Française de Canoé Kayak (FFCK).

La première Coupe de France a vu le jour en 2009. Les équipes se rencontrent sur quatre manches avant la finale (Vaulx en Velin, Belfort, Rouen, Gérardmer pour l’édition 2009) et sur trois distances, le 2000M le 500M et le 200M.

De nos jours, de nombreuses courses et festivals sont organiser partout en France.

Épreuves et catégories

Les épreuves disputées en compétitions internationales sont habituellement le 250 m (ou 200 m), le 500 m et le 2 000 m.

Typiquement, les cadences varient de 60 à 100 coups de pagaie par minute et un 200 m est complété en 39 secondes (env. 18 km/h) record du monde à Pattaya (Thaïlande) en Aout 2019.

Les catégories peuvent être open, mixte (+ 8 femmes), femmes et hommes. Cela dit, beaucoup de festivals proposent d’autres catégories comme débutants, juniors (18 ans et-), seniors (+55 ans) et autres catégories (clubs, sport santé (Dragon ladies), etc.).

Entraînement et stratégies

Commandes:

  • « Paddles Up » (traduction: à vos pagaies): prêt à pagayer, la pagaie au-dessus de l’eau prête à entrer dans l’eau.
  • « Take it away » (traduction: en avant): commencez à pagayer.
  • « Let it run » (traduction: laissez glisser): arrêtez de pagayer et laissez le bateau glisser.
  • « Hold the boat » (traduction: arrêtez le bateau): placez les pagaies dans l’eau jusqu’à l’arrêt complet.
  • « Back it down« : pagayez à reculons.
  • « Attention please« : immergez la moitié de la pale de la pagaie en attendant le signal de départ.

Générer de la puissance: cadence ou force de coup de pagaie ?

Source ICF

La puissance produite par le pagayeur est fonction de la cadence et de la force du coup de pagaie. Une cadence trop élevée réduit la force tandis qu’une trop grande force réduit la cadence (en supposant que les temps en l’air et d’immersion sont proportionnels). Chaque pagayeur atteint donc son efficacité maximum à un niveau donné de cadence et de force. C’est la somme de toutes ces capacités individuelles qui va déterminer en fin de compte la vitesse du bateau. On apprend en général à pagayer lentement avec force puis avec l’expérience, les coups de pagaie se font à une cadence plus élevée.

  • le « Start »

Au  « start », plusieurs stratégies sont possibles. Les équipes débutantes optent souvent pour un « 10,15,10 ». Cela veut dire que l’équipe fait 10 coups en profondeur pour soulever (déjauger) le bateau et le mettre en marche. Par la suite, l’équipe fait 15 coups rapides, pour donner une certaine vitesse à l’embarcation et fait 10 coups longs et puissants pour conserver l’élan. À la suite de ce « start », l’équipe adopte un rythme qui lui convient et qui est adapté au type de course qu’elle fait (200 m, 100 m, etc.).

  • le « Power »

Environ au milieu de la course ou lorsque le bateau commence à « couler » (le bateau ralentit), le barreur (steerer) peut appeler le power ou encore dans le jargon, le « pick-up ». Cela consiste à donner des coups plus puissants pour redonner de la vigueur au bateau.

  • le « Finish »

Le finish est appelé par le barreur lorsque le bateau arrive bientôt au fil d’arrivée. Le finish consiste à donner des coups plus puissants ou rapides (selon la stratégie de l’équipe) pour aller plus vite pour la fin de la course.

× Comment puis-je vous aider ?